SIGNIFICATION DES PEINTURES FACIALES CHEZ LES AMERINDIENS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

SIGNIFICATION DES PEINTURES FACIALES CHEZ LES AMERINDIENS

Message  Invité le Jeu 5 Avr - 10:42

PEINTURE DE VISAGE :





Par David Mott et Rick Obermeyer (déc. 19901

CITATIONS

(Osceola sur son lit de mort)"il a alors réclamé sa peinture rouge, et une glace, il a délibérément peint la moitié de son visage, de son cou, de sa gorge, ses poignets et le dos de ses mains, et son couteau, en rouge avec du vermillon ; une coutume pratiqué quand le serment irrévocable de la guerre et de la destruction est pris." Dr. Frederick Weeden, cité par Catlin, 1844

"Plusieurs techniques de combat des Indiens ont été utilisées pour semer la terreur. Quelques guerriers pendant la bataille étaient nus excepté un tissu sur d'échine, mais leurs corps étaient striés de bizarres peintures rouge et noire... (Au conseil) il pouvait avoir un demi cercle rouge de peinture sous chaque oeil et des 'anneaux d'argent dans le nez. Quelque célèbre brave ont eu leurs oreilles allongées et fendues." Page 123, Mahon, 1967.

"Les hommes ne peignent pas leurs visages, mais portent de temps en temps ces ornements lorsqu’ils vont en visite dans les camps d'un homme blanc, vont en ville ou partent pour une expédition marchande. Ils peignaient parfois leurs visages lors des cérémonies de la danse de maïs, mais nous n’avons aucune informations définies à ce sujet." Cory, 1896

"Co-lo-waw-la-nee....... Co-lo-wa-lus-tee...... Co-lo-wa-chaw-tee......
..... Peinture (jaune)
..... Peinture (noir)
..... Peinture (rouge)" Moore-Willson, 1914

"La peinture jaune indique qu’un guerrier est prêt à mourir. La peinture rouge de guerre signifie le sang ; le vert sous les 'yeux pour 'voir mieux la nuit.' Jaune, la couleur de la mort, le moyen pour un homme de démontre qu’il a vécu sa vie et combattu jusqu'à la fin." Capron, 1956.


COULEURS


Au 19èmes siècle les Séminoles peignaient leur visage et mains pour des occasions spéciales, cette pratique n'a plus été utilisée en public après le 19me siècle.

Notez qu'elles étaient faite seulement dans des occasions spéciales, pour augmenter son aspect et sa puissance. Toute les peinture du visage devaient être faite de façon parcimonieuse et avec respect pour l'occasion. Elle ne pouvait pas être faites en dehors d’occasion comme des engagements dans des batailles ou pour une cérémonie sérieuse, mais aurait été entièrement inadéquate pour un campement ou pour une démonstration occasionnelle. Un engagé aurait été mal vu s'il s’était peint uniquement pour flâner ou danser excepté pour la danse du maïs vert.

Ce serait une grande erreur de mettre de la peinture sans avoir une raison ou un besoin véritable. La peinture des visage était une manière que les séminole avaient d’utilisée les puissances normales en son monde et de les ajouter aux leurs. Un parallèle approximatif pourrait être la force personnelle que beaucoup de chrétiens trouvent dans un crucifix ou à celui pendu à leur cou.

La peinture d’un mort raies ou zébrures et des modèles modernes de camouflage sont bon marché et voyants, et indiquent l'ignorance du porteur, la négligence et irrévérence pour la culture qu'il essaye de représenter.

Les Séminoles employaient de la poudre de fard (Capron, 1956), qui pouvait être mélangé à un peu de graisse.


L'utilisation de couleurs pouvait être comme suit :

Le ROUGE était la couleur de la guerre. Les criques rouges de bâton étaient les villages de guerrier. C'était particulièrement vrai parmi les orateurs Hitchiti, qui ont formé le noyau des Séminoles du Miccosukee. Il serait peint dans les bandes ou les raies sur le visage, comme sur les dos des mains et sur des poignées de couteau. Les criques rouges de bâton pourraient également favoriser les turbans rouges.

Le BLANC était la couleur de la paix. Les Red Stick Creeks étaient les guerriers villages blancs de bâton étaient la partie de paix parmi les criques. Si un groupe de Séminoles portait une bande blanche autour de leurs turbans rouges, ils étaient prêts à parler de trêve. Si Billy Bowleg voulait mener des pourparlers, il faisait une traînée avec des perles blanches et des feuilles de tabac menant à son camp.

Le NOIR était une couleur "de vie", portée sur le visage pour se préparer à la guerre.

Le VERT porté sous les yeux a été censé autoriser le porteur de voir la nuit.

La mort est représentée par le JAUNE , car c'est la couleur des "vieux os." Le soin devrait être donc pris pour ne pas porter beaucoup de jaune.



http://lebatondeparole.e-monsite.com/rubrique,peinture-de-visage,412601



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum